L'avenir s'en vient, l'avenir s'en va

un jour à la foi

État du terrain électoral au Québec après le 7 avril 2014

leave a comment »

Textes et tableaux publiés à l’article Les nécessaires alliances Gilbert Paquette, chez Vigile Québec.

Merci de vous occuper de cela.

Je trouve votre compte-rendu charpenté, instructif, inspirant, divertissant, structurant, orientant ; j’attends la suite, ça sent la coupe vers 2022.

« Sans la division du vote des souverainistes dans 26 circonscriptions, une telle majorité de députés aurait été atteinte et le désastre de 2014, évité. »

C’était il y a … La démocratie a ses externalités négatives dirait « Darwin ».

Pour 2014, cet article de Jean-François Lisée est éclairant.

Je me suis suis servi du bas du tableau qu’il offre à cette page pour élaborer celui que je joins. J’ai titré territoire indépendantiste échappé le 7 avril 2014.

Trois circonscriptions n’ont pas été échappées : Gouin, Mercier et SainteMarie-Saint-Jacques. C’est inspirant pour 2018.

Borduas, Groulx, Chambly, Crémazie, Saint-Hyacinthe, Masson, Repentigny, Deux Montagnes, Iberville, Blainville, Johnson et Mirabel ont été à la CAQ.

Sherbrooke, Crémazie, Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Saint-François, Charlevoix, Champlain et Saint-Maurice sont allés au PLQ.

La CAQ et le PLQ se sont partagés les balles échappées.

La première colonne du tableau indique en regard des gagnants le nombre de votes qu’ils ont obtenus. Les trois suivantes révèlent les nombres de votes obtenus par les PQ, QS et ON. La suivante en expose un total Indépendantiste. La majorité du gagnant est à la colonne suivante. La dernière colonne range les circonscriptions par ordre décroissant de majorité de votes indépendantistes.

majorité1 160407.001

 

imprenables 160413.001

« Quant à une alliance avec la CAQ, c’est une autre histoire qui ne peut être envisagée qu’après la prochaine élection. »

– Pas d’accord complètement !

D’accord que dans des comtés imprenables par le PQ, QS, ON et même la CAQ fédéraliste mais nationaliste et autonomiste, les indépendantistes et les solidaires n’ont rien à gagner à s’allier aux autonomistes encore fédéralistes pour 2018 ; même ensemble, ils ne feraient pas le poids contre le PLQ. À l’impossible nul n’est tenu.

Voyez sur le blogue de Jean-François Lisée ! 18 députés du PLQ en tête pour la grandeur de leur majorité sur leur plus proche adversaire, en pourcentage.

À un prochain tableau pour les comtés prenables.

Le présent expose par circonscription le nombre de votes obtenus par Mmes (5) et MM. (15) les député.e.s. Ayoye la parité … Viennent ensuite les nombres de votes pour le PQ, la CAQ, QS et ON. La somme de ces nombres forment la colonne foncée suivante.

Le tableau se termine par le nombre de votes qui séparent le gagnant de son plus proche adversaire.

Le bas du tableau indique que dans le château-fort libéral couvert, le PQ va chercher 65 285 votes, la CAQ 61 789, QS 31 434 et ON 2 418.

 

imprenables 160414.001

Voici le deuxième tableau sur le territoire imprenable en 2018 au PLQ. IL n’y a que 2 comtés où la CAQ pourrait y être victorieuse si suffisamment d’indépendantistes souples du PQ, de QS et d’ON votaient en sa faveur.

Dans Bellechasse, les indépendantistes font 15 932. Il y manquerait environ 5 200 votes à la CAQ pour doubler Mme Vien à condition qu’elle n’améliore pas sa performance. C’est 33 % des indépendantistes souples. Ça se joue ?

Dans Louis-Hébert, les indépendantistes font 18 597. Il y manquerait environ 8 700 votes pour doubler M. Hamad si celui-ci ne perd pas d’adeptes. C’est 47 %, près de la moitié, des indépendantistes qui accepteraient d’être souples. Ça va chercher.

Aux Îles-de-la-Madeleine, le PQ est deuxième. À lui seul, M. Chevarie a environ le même nombre de votes, 4 137 que les autres candidats, 4 126. IL faudrait que 100,3 % des caquistes votes pour le PQ. Ça se peux-tu ? Ça donne à réfléchir, faire la conversation et surveiller le vent localement.

Dans Beauce-Sud, en avril 2014, il manquait 4 146 votes à la CAQ pour égaler le compte de Robert Dutil, le candidat libéral. Les indépendantistes y sont pour 3 263. Ça ne fait pas basculer la balance. Il y a eu partielle dans ce comté le 9 novembre dernier. Paul Busque pour le PLQ a obtenu une majorité de 3 759 voix devant la CAQ 6 237, le PQ 1,429, QS 405 et ON 290. Le Parti conservateur du Québec – Équipe Adrien Pouliot a obtenu 615 votes. En pourcentage de bulletins valides, le PLQ est passé de 50,5 à 52,2 %, la CAQ de 38,2 à 32,6, les indépendantistes de 9,7 à 11,1. C’est à suivre localement.

 

imprenables 160415.001

Quatrième tableau, premier de 2 sur des circonscriptions prenables au PLQ en 2018.

Même disposition que dans les précédents, sauf que la colonne des majorités a été collée à droite de celle du nombre de votes obtenus. La dernière colonne a été renommée Tot. A. pour total autres, puisqu’il ne s’y trouve pas que des indépendantistes mais, avec la CAQ, des nationalistes autonomistes et des nationalistes fédéralistes.

Entre les colonnes PQ, CAQ et QS, le nombre le plus élevé a été souligné. Sur 20 nombres, le PQ a obtenu 11 soulignés, la CAQ 8 et QS 1. Une alliance pourrait être négociée en tenant compte de ces majorités entre les partis à lier. En nombre de votes, la CAQ domine assez à 164 012 contre 152 610 pour le PQ, 46 798 pour QS et 4 964 pour ON.

Si dans le haut du tableau les majorités sont impressionnantes et imprenables sans une alliance entre les péquistes et les caquistes, celles du bas sont moins élevées mais tout aussi imprenables sans les caquistes.

Ayoye la parité pour ceux et celles qui y tiennent.

 

imprenables 160508.001

 

Cinquième tableau, deuxième de deux sur les circonscriptions prenables au PLQ en 2018. Il complète les tableaux 2, 3 et 4 pour couvrir les 71 circonscriptions détenues par le PLQ.

Le tableau en contient 3. Au tableau supérieur, entre les colonnes PQ, CAQ et QS, le nombre le plus élevé a été souligné. Sur 11 nombres, le PQ a obtenu 7 soulignés, la CAQ 4 et QS 0. Une alliance pourrait être négociée en tenant compte de ces majorités entre les partis à allier. En nombre de votes, le PQ domine substantiellement à 102 619 contre 82 856 pour la CAQ, 27 598 pour QS et 2 924 pour ON.

En bas, à gauche, vous trouvez un sommaire des tableaux 2, 3, 4 et 5. Il expose que le candidat.e du PQ est arrivé.e deuxième dans 45 circonscriptions sur 71. La CAQ a obtenu 23 deuxième, QS 3 et ON 0.

En bas à droite, la gauche du tableau rappelle la répartition des élu.e.s à la suite des élections de 2012 et 2014 ; la troisième colonne indique la situation actuelle à la suite d’une élection partielle dans Chauveau ou le PLQ a fait un gain au dépend de la CAQ.

La droite de ce même tableau propose au peuple plurinational du Québec un changement génial pour octobre 2018. La quatrième colonne indique quelle aurait été la répartition des élu.e.s en 2014 sous un mode de scrutin proportionnel.

J’ai retenu de mes tableaux que 38 circonscriptions étaient imprenables par les autres partis. Sous hypothèse que les 33 comtés restants détenus par le PLQ sont effectivement gagnés par les autres partis, la cinquième colonne montre quels seraient les gains pour chaque partis. Je suis arrivé à ces nombres en retenant comme dénominateur 73, la somme de 32, 29, 9 et 3 et comme numérateur ces nombres, respectivement.

La dernière colonne établit que le prochain gouvernement serait minoritaire. J’imagine que le Lieutenant-gouverneur inviterait le PQ à former le gouvernement.


 

Un sondage Internet réalisé auprès de citoyens ayant le droit de vote dans l’ensemble des régions du Québec par Léger les 21 et 22 mars 2016 contenait deux questions sur d’imaginables coalitions entre le PQ et la CAQ ou le PQ et QS.

Le tableau joint présente les questions posées et les résultats obtenus. Il montre que pour une coalition PQ et CAQ la proportion de votes pour la coalition égale celle pour le PLQ, 31 %. QS obtient 12 % des votes. Autant que 26 % des répondants ne choisissent pas un parti ou la coalition.

En réponse à une imaginable coalition PQ et QS, le PLQ obtient 28 % des votes, la coalition 31, la CAQ 17. Autant que 25 % des répondants ne choisissent pas un parti ou la coalition.

J’imagine comme vous écrivez qu’une démarche citoyenne plutôt que partisane « où on accepte au départ le principe de la souveraineté du peuple québécois et son droit de choisir sont statut politique réalisera un large débat entre souverainistes et nationalistes sur les objectifs et les projets collectifs largement partagés dans la population. »

Publicités

Written by Robert Lachance

8 juin 2016 à 8:41

Publié dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :