L'avenir s'en vient, l'avenir s'en va

un jour à la foi

Fondation du Québec, quand et par qui ?

leave a comment »

http://vigile.quebec/La-victoire-a-plusieurs-peres-la
La victoire a plusieurs pères, la défaite est orpheline

Fondation du Québec
1608, 1663, 1763,1791, 1838, 1867, 1982, 2022 ?

Quand et par qui ?

Dans un commentaire à un article de Gilles Verrier, en chronique à Vigile Québec, sur deux fautes du PQ en 2016, je soumettais fort hors-propos le paragraphe qui suit :

« Si l’on parlait d’indépendance comme passage obligé, à une interdépendance mondiale à réussir, pour un peuple plurinational à trois groupes de nations fondatrices : Les Premières-Nations, les deuxièmes, les troisièmes ? »

Quand j’aurai à réécrire, j’ajouterais là où il se doit, autochtones, francophones, anglophones et allophones; passage obligé d’une confortable dépendance irresponsable à une interdépendance responsable humanitaire équitable.

L’expression « passage obligé » me fait toujours penser au livre de Charles Sirois longuement intitulé Passage obligé, passeport pour l’ère nouvelle : De la gestion mécanique à la gestion organique.

Gilles m’a répondu : « par définition on ne fonde qu’une fois. » J’entend Richard Desjardins chanter : Quand j’aime une fois, j’aime pour toujours.

Admettons.

Et alors j’ai cherché à savoir en quelle année et par qui, sans guerre plus de connaissances en histoire du Québec que ce qui était enseigné au cours classique il y a 60 ans. En cela, j’ai beaucoup à apprendre de plusieurs qui écrivent ici. Je me rappelle avoir eu de l’histoire de la France, de la Grèce, de Rome, j’imagine que le reste de l’histoire s’enseignait au primaire.

L’exception notable est la lecture d’un livre publié par la Direction des élections du Québec, sous Marcel Blanchet; recherche et direction, Benoit Mercier et André Duhamel, 2000, 2005. Le livre s’intitule La démocratie : ses fondements, son histoire et ses pratiques. Il m’a grandement faciliter le travail et l’agrément.

Schématisons, « pour faire une histoire courte comme on dit ».

1608 ? Désolé ! Champlain fonde la ville de Québec, pas Le Québec.

1663 ? Désolé ! La Nouvelle-France devient une colonie royale sur le modèle des provinces françaises. La Nouvelle-France était alors un territoire immensément plus grand que le Québec et une province sans statut d’état. Je me fais grâce de vous procurer des dessins des lieux.

1763 ? Désolé ! « La France cède à la Grande Bretagne la Nouvelle-France dont une partie prend le nom de « The Province of Quebec ». Fondation demande plus que ça. Création disons d’un territoire par la Couronne britannique.

1791 ? Désolé ! Cette année-là, The Province of Quebec est divisée en Haut-Canada (Ontario) et en Bas-Canada (Québec). Là là, l’avenir s’en vient mais le Canada continu à se fonder, pas le Québec. Réduction du territoire The Province of Quebec et non fondation d’un état.

1838 ? « Sous la direction de Robert Nelson, un groupe de patriotes proclame l’indépendance du Bas-Canada … ». Le Parlement britannique suspend la Constitution du Bas-Canada. Première tentative ratée de fondation du Québec. Désolé, The Province of Quebec disparait deux ans plus tard avec l’Acte d’union , sur recommandation du Rapport Durham.

1867 ? Désolé ! Le Canada devient une monarchie constitutionnelle mais sans consultation populaire ni mandat électoral. La Province de Québec n’est pas fondée mais de retour, accentuée. Remarquez l’accent sur le e de Québec et le la.

1931 ? Westminster. J’aurais été fier de devenir Canadien plutôt que Britannique en reconnaissance de la participation à la fin de la Première grande guerre ! Le Canada cesse d’être un dominion britannique et devient un État souverain, est devenu souverain sans le peuple, par la grâce du Parlement britannique, Province de Québec incluse.

1982 ? Cinquante ans plus tard, le Canada se prévaut de sa souveraineté et rapatrie sa constitution qui couvre la Province de Québec. Ce rapatriement se fait sans l’accord de l’Assemblée nationale de cette province. Le Québec reste à fonder.

1980 Bon ! Une majorité claire de gens de la province disent non à un projet de souveraineté-association. Fort bien !

1995 Rebond ! Une majorité pas claire des gens du pays disent non à un projet de souveraineté-partenariat. Désolante démocratie !

Depuis, Non !

Le Québec reste à fonder par son peuple plurinational. Écrivez « fondation du Québec dans Google », vous en obtiendrez une preuve : La ville de Québec a été fondée, The Province of Quebec a été circonscrite en 1763, réduite en 1791, dissoute en 1840 pour ressuscitée en 1867. Le Québec depuis 1982 demeure un territoire rattaché à la souveraineté canadienne de par sa constitution, rien de plus.

La population du territoire du Québec n’a jamais fondé la République, le royaume ou la dictature du Québec. Si c’était fait, Me Guy Bertrand, un expert en constitution, le saurait et il ne nous aurait pas légué son projet Liberté-Nation de République fédérale du Québec.

http://www.republiquefederaleduquebec.com

La question de la fondation du Québec se posera à notre Assemblée nationale quand 55 % des gens de son territoire, incluant les moins de 18 ans, par procuration d’un ou deux parents le temps qu’il faut bien entendu, répondront oui au premier d’une série de sondages tenue par la Direction des élections, à une question du genre : Voulez-vous que le territoire du Québec devienne un pays indépendant.

55 % après répartition des répondants qui ne donnent pas de choix. Moins de 18 ans inclus, parce que l’avenir s’en vient pour eux et qu’il s’en va pour d’autres, dont plusieurs qui écrivent ici.

55 % est indicatif et non un ordre. La norme d’une majorité demeure 50 % + 1. La rondelle sera mise au jeu sur la glace qu’est notre Assemblée nationale. Je verrais nos élus se lever pour ou contre une déclaration à l’exemple de celle de Robert Dutil dans La Juste Inégalité : essai sur la liberté, l’égalité et la démocratie, 1995, que voici :

« Nous proclamons les vérités qui suivent comme évidentes en elles-mêmes, que tous les hommes et toutes les femmes sont nés inégaux, qu’ils sont dotés par leur Créateur de capacités intellectuelles et physiques dissemblables, qu’ils sont plongés à leur naissance dans des milieux sociaux et culturels disparates, et qu’ils ne bénéficient donc pas des mêmes chances.

La justice réclame toutefois que soient reconnus à tous des droits inaliénables, parmi lesquels se trouve la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. Les gouvernements sont institués parmi les humains, obtenant leurs justes pouvoir du consentement des gouvernés, pour sécuriser ces droits, pour permettre une juste égalité des chances, pour encadrer la collaboration entre les citoyens et pour s’assurer que les inégalités économiques et sociales soient au plus grand bénéfice des plus désavantagés.

Lorsque quelque forme de gouvernement que ce soit empêche l’atteinte de ces buts, il est du droit du Peuple de le modifier ou de l’abolir, et d’en instituer un nouveau, faisant reposer ses fondations sur des principes tels et organisant ses pouvoirs d’une forme telle, qu’il lui semblent plus aptes à assurer sa sécurité et son bonheur. »

Vous remarquerez que dans cette déclaration révolutionnaire, à mon sens, la justice passe avant la liberté. Si je peux me permettre, je remplacerais Créateur par leurs ascendants, ça m’apparaît plus évident sans exclure. J’ajouterais plurinational après Peuple au dernier paragraphe pour faire local.

2022 ? Si nécessaire mais pas nécessairement dirait Amir Khadir à l’exemple de plusieurs qui utilise cette formule qui nous viendrait d’Europe plutôt que d’Asie.

Publicités

Written by Robert Lachance

20 janvier 2017 à 7:43

Publié dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :